Le culte de la Miséricorde divine n’est pas une « dévotion secondaire »

Allocution lors de la prière du Regina Caeli - ROME, Dimanche 23 avril 2006 (ZENIT.org) 

Sainte Faustine« Le culte de la miséricorde divine n’est pas une dévotion secondaire mais une dimension intégrante de la foi et de la prière du chrétien », déclare Benoît XVI en ce dimanche de la Miséricorde, anniversaire « liturgique » de la mort de Jean-Paul II qui avait voulu transmettre ce message au IIIe millénaire et confier le monde à la divine miséricorde. « Le mystère de l’amour miséricordieux de Dieu a été au centre du pontificat de mon vénéré prédécesseur », a souligné Benoît XVI. Dans son allocution précédant la prière du Regina Caeli, il disait : « L’Evangéliste rappelle encore que dans les deux apparitions le Seigneur Jésus a montré aux disciples les signes de la crucifixion, bien visibles, et tangibles, même sur son corps glorieux ». « Ces saintes plaies, aux mains, aux pieds et au côté, sont une source inépuisable de foi, d’espérance et d’amour à laquelle chacun peut puiser, spécialement les âmes les plus assoiffées de la divine miséricorde », soulignait encore Benoît XVI.

Jeu internet 2014

Dimanche 9 février à 14 h, grand quiz pour tous, petits et grands, proposé par le Service Diocésain de la Catéchèse: « La Parole de Dieu, les rencontres du Christ ».

Cliquez ce lien pour Se connecter au site diocésain

Rites brefs qui sont accomplis sur les catéchumènes, à l'approche des fêtes de Pâques où ils recevront les sacrements de l'initiation chrétienne. Déjà appelés (l'Appel décisif a lieu le 1er dimanche de Carême), les catéchumènes, lors des troisième, quatrième, et cinquième dimanches de Carême, dans le cadre de la préparation intense de ce "temps de la purification et de l'illumination" qu'est le dernier Carême de leur catéchuménat, sont invités ainsi solennellement à la conversion, en présence de l'assemblée chrétienne, dans un rite de caractère pénitentiel pour se tourner vers le Seigneur et voir sa lumière. Ils approfondissent ainsi leur désir de salut et la découverte de tout ce qui s'y oppose.

 PRESENTATION :


Depuis 2000 ans, les chrétiens ont souhaité que les petits enfants reçoivent le baptême. Même tout petit on peut accueillir l'amour de Dieu. D'ailleurs, il suffit d'ouvrir l'Évangile : Jésus bénit les enfants et se fâche lorsque les disciples les empêchent de venir jusqu'à lui.

Vous mêmes, peut-être, vous avez été baptisés tout jeunes. Ce qui vous a été donné, vous souhaitez que votre enfant le reçoive aussi. Comment serions nous chrétiens si les générations qui nous ont précédés, n'avaient pas témoigné de ce don de Dieu ?

Groupes bibliques du pôle catholique de Pontault-Combault avec :

- Régis Martin à Pontault-Combault

- Suzanne Lacour  à Ozoir-la-Ferrière